Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 mars 2014 7 09 /03 /mars /2014 16:22

2014 est chargé en souvenirs de guerres: le centenaire du début de la guerre de 14-18, le 70° anniversaire de la libération de la France en 1944, divers anniversaires de faits de Résistance en France ou dans d'autres pays et, pourquoi pas, le deuxième centenaire de la fin des guerres napoléoniennes... Et ça va évidemment continuer jusqu'au 2018. J'entends parler sans cesse de projets de musées, d'expositions, de célébrations, d'aménagement ou de ré-aménagement de sites et de monuments, etc.

Et je me pose une question: au delà de l'évocation de l'évènement et de déclarations du type "plus jamais ça !", quel est le message et à qui s'adresse-t-il.

Deux messages sont possibles: célébrer l'héroïsme des combattants, la gloire des vainqueurs, remercier les alliés d'autrefois, mettre en garde contre les dangers qui menacent la patrie, au risque de passer pour des va-t-en guerre, des militaristes ? ou bien utiliser la mémoire des conflits, des massacres et des destructions pour insister sur la paix, sur les risques de la militarisation et du commerce des armes, sur la nécessité de régler les conflits par la négociation, au risque d'être traité d’antimilitarisme, de pacifiste ?

Je ne trancherai pas le débat, mais il mérite plus qu'un débat superficiel, et il doit peut-être trouver des conclusions moins radicales et s'étendre à des évènements plus contemporains (il reste des guerres ailleurs !).

A qui s'adressera le message ? Il ne faut pas oublier que l'immense majorité des citoyens européens vivants n'ont pas connu la guerre sur leurs territoires.de leur vivant. Une minorité a connu la dernière guerre mondiale dans son enfance, certains ont participé à des guerres coloniales et naturellement les militaires ou anciens militaires ont leur propre mémoire, que l'on peut qualifier de professionnelle.

Mais les autres ? Comment s'adresser à eux, comment leur faire comprendre, au delà des statistiques, des objets, des maquettes, des cartes, des photos, des films, ce qu'est réellement une guerre ? et qu'est-ce qui a changé depuis, à cause de cette guerre ou malgré elle ?

Je prends un exemple: j'ai eu connaissance d'un projet muséographique slovène qui vise à créer un itinéraire d'observation et un réseau d'expositions et de centres d'interprétation sur la ligne de front de l'Isonzo (1° guerre mondiale). Regardez une carte: ce territoire, qui est la vallée du fleuve du même nom, est essentiellement en Slovénie mais aussi en Italie, du côté de Trieste. En cent ans on est passé de combats terriblement meurtriers entre l'empire austro-hongrois et l'Italie à une situation internationale pacifiée entre trois pays, l'Autriche, la Slovénie, l'Italie, c'est à dire entre trois peuples, un germanique, un slave, un latin, parlant trois langues et partageant une seule religion, une histoire millénaire compliquée, une même mémoire de guerre et l'appartenance à un même ensemble géo-politique, l'Europe. Est-il suffisant de baliser des tranchées et de montrer des photos d'époque ? comment parler de tout cela aux habitants actuels, aux visiteurs actuels, aux enfants des écoles italiennes, slovènes et autrichiennes ? Et quel message, encore une fois, faire passer ?

.

Partager cet article

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Actualité
commenter cet article

commentaires