Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 14:07

Une correspondance récente avec Raul Dal Santo, coordonnateur de l'Ecomuseo del Paesaggio de Parabiago (Lombardie), m'a donné l'idée de faire connaître la remarquable expérience de développement local dont j'avais pu voir certains aspects l'an dernier sur place. Voici donc une courte mise en contexte suivie d'un article qui devrait donner envie d'aller voir la réalité sur place (la traduction est de moi)..

L'expérience de l'Agenda 21 local et de l'Ecomusée du Paysage de Parabiago a permis d'expérimenter des méthodes de programmation et d'action participative qui ont mis au centre de l'attention le patrimoine communautaire comme élément-clé du développement local.

Le Parc des Moulins, qui comprend environ 500 hectares d'aires fluviales sur le territoire de 5 communes, est géré par la commune de Parabiago, cette même collectivité qui gère également l'Agenda 21 local et l'Ecomusée de Parabiago. Compte tenu des bons résultats obtenus, le Parc a adopté un processus de participation permanente selon les mêmes modalités que celles qui avaient été adoptées auparavant par l'Ecomusée de Parabiago.

L'écomusée a donc assumé le rôle de partenaire technique du Parc et se charge d'en divulguer les résultats sur son propre site (en italien, anglais et espagnol):

http://ecomuseo.comune.parabiago.mi.it/ecomuseo/dallamappaallereti.html

Subsidiarité et patrimoine communautaire

dans la gestion du bassin de la rivière Olona

Raul Dal Santo (Parco dei Mulini) et Lucia Vignati (Ecomuseo del Paesaggio di Parabiago)

Résumé

Le Parc des Moulins, par un processus de participation permanente, a facilité la création d'un réseau d'acteurs institutionnels, économiques et du secteur non-lucratif qui a recensé le patrimoine communautaire à valoriser, a élaboré le Pacte de l'Olona et a mis en œuvre ce pacte selon le principe de subsidiarité, par l'utilisation de ressources humaines et financières importantes.

Introduction

La crise actuelle, qui entraîne un appauvrissement général, oblige à reconnaître et à valoriser les biens communs en vue du développement social, environnemental et économique des communautés locales. Toutefois le plus souvent, d'une part la communauté ne reconnaît pas ces biens comme faisant partie de son patrimoine, d'autre part, le modèle obsolète de gouvernance qui repose sur une logique de relation bipolaire administrateur-administré ne permet pas à la communauté elle-même de mobiliser ses propres ressources pour participer à la solution de problèmes qui souvent, en raison de leur complexité, ne peuvent être résolus par les seules institutions.

Le Parc Local d'intérêt intercommunal des Moulins, situé dans la plaine au nord de Milan, sur une partie du bassin de la rivière Olona, se caractérise par une incapacité diffuse de ses habitants de percevoir la valeur des lieux, de reconnaître dans le territoire non seulement un espace qui est à leur disposition pour construire, produire et se déplacer, mais aussi un patrimoine à préserver et à améliorer. Il en est résulté de profondes atteintes au paysage, telles qu'une perte de diversité biologique et culturelle, le déplacement et la séparation physique de l'habitat humain par rapport à l'habitat naturel de graves ruptures dans les paysages. La rivière Olona, polluée, incapable de résorber les crues et de maintenir une communauté biologique complexe, est emblématique de ce paysage dégradé.

Actions et méthodes

Dès 2010, le Parc des Moulins a lancé un processus de participation permanente, visant à la réalisation de l'inventaire du patrimoine naturel et culturel, à l'adoption d'un programme pluriannuel d'intervention, à la réalisation concertée d'études de faisabilité pour la requalification paysagère de l'espace périfluvial et à l'élargissement du réseau partenarial qui collabore avec le Parc. Aux organismes politiques et techniques du Parc se sont ajoutés un forum de participation ouvert à tous et un groupe de projet, constitué des propriétaires des abords de la rivière (communes, gestionnaires des stations d'épuration, quelques propriétaires individuels, une entreprise privée) et d'autres partenaires du projet. Font partie de ces dernières structures quelques associations environnementales et culturelles, telles que le District Agricole de l'Olona et le Consortium de l'Olona.

Ces différents acteurs ont interagi par la réalisation en commun d'une carte (sur le modèle des parish maps anglaises) qui repère et signale le patrimoine communautaire à valoriser et d'un plan comportant à la fois les actions programmées et leur impact sur la rivière et ses abords.

Le Parc a créé, favorisé et coordonné une alliance entre le public et le privé dans le but d'atteindre ensemble des objectifs, concertés lors du processus participatif, selon le principe de la subsidiarité horizontale. Enfin, le Parc a activement collaboré et interagi avec de nombreuses institutions, selon le principe de la subsidiarité verticale, dans le cadre des instances officielles promues par la Région Lombardie, telles que le Contrat de bassin, le Pacte pour le développement de la trame verte du Canal Villoresi (voir bibliographie ci-dessous), le Groupe technique pour les travaux de contrôle des crues sur l'Olona et enfin l'Observatoire régional pour l'Expo 2015.

Résultats

De 2010 à 2014, on a tenu 35 rencontres participatives sur des projets. En 2011, la carte du patrimoine communautaire du Parc a été diffusée. En juin 2013, les 5 municipalités du Parc, 18 partenaires du programme, 7 propriétaires de terrains et de nombreux citoyens ont signé le Pacte de l'Olona qui fixe les objectifs à atteindre pour tout le Parc des Moulins, et qui prévoit 10 études de faisabilité pour la requalification d'environ 45 hectares de paysage péri-fluvial, correspondant à environ 10% de la superficie du territoire de projet.

Parallèlement aux activités de cartographie et de planification/programmation participantes, le réseau des partenaires a organisé, entre 2010 et 2014, 71 événements/actions, parmi lesquels il faut citer le nettoyage et la réutilisation à des fins écologiques d'une rigole d'irrigation d'origine médiévale (le Riale de Parabiago), deux interventions de ré-empoissonnement de l'Olona, le nettoyage de ses berges et l'ouverture d'accès pour l'observation et la pêche, la remise en état de la dernière zone humide naturelle du territoire (la Foppa de San Vittore Olona) et les nombreuses initiatives culturelles destinées à mobiliser les riverains et les voisins de l'Olona (les événements de printemps et d'automne "Mulino Day" et "Giri d'Acqua", les activités éducatives "attention aux nids"). Tout cela est fait avec des ressources financière extrêmement limitées. Le Parc a réussi à réunir et à coordonner les importantes ressources humaines, les compétences et les connaissances propres des 65 partenaires qui ont collaboré librement et en pleine connaissance de cause.

Néanmoins, de 2013 à 2014, le Parc a réussi à trouver les ressources financières nécessaires pour la réalisation des travaux prévus par le Pacte de l'Olona, au niveau de 3 millions d'euros: 1,5 M€ pour la construction de la voie cyclable longeant l'Olona, entièrement financé par la Région Lombardie, et 1,5 M€ pour les interventions écologiques et les travaux sur la rivière elle-même, ainsi répartis: 350.000 de l'Expo 2015, 124.000 du Contrat de rivière, 350.000 de la fondation Cariplo, 30.000 de CAP Hording (gestionnaire de la station d'épuration), 371.000 de AIPO (Agence interrégionale du fleuve Po) et, pour le reste du Parc lui-même et des municipalités riveraines.

Le processus d'implication du Parc et de ses partenaires dans les travaux de l'instance technique de programmation a rendu possible une modification des plans des travaux de contrôle des crues qui ont comporté, dans la phase d'exécution, une forte composante environnementale. Ils intéressent en effet 35 hectares, soit 7% de la superficie du Parc et prévoient 2 zones d'expansion et 3 digues: tout cela touche des aspects hydrauliques, écologiques, de cultures fruitières et d'agriculture.

Conclusions

Pendant ces cinq dernières années, le Parc des moulins, à travers les processus de participation permanente, la valorisation des compétences, des savoirs et des ressources du territoire, le recours systématique aux principes de subsidiarité et de co-responsabilité, a assumé le rôle de facilitateur d'un réseau complexe d'acteurs qui a permis de capter d'importantes ressources humaines et financières provenant d’institutions publiques et privées.

Ainsi s'est créé un modèle de gouvernance du territoire, respectueux de la logique de l'administration partagée et du principe constitutionnel de subsidiarité, et un "projet de territoire" capable de traiter et d'intégrer des éléments physiques, des méthodes de gestion et des procédures, ainsi que d'assurer la co-existence de l'intérêt général et des intérêts privés.

C'est un projet qui, par la redécouverte et la valorisation du patrimoine commun, a permis de progresser vers une situation où l'Olona, la rivière "invisible", deviendra cette rivière civilisée, culturelle et naturelle, qui pendant des millénaires a été l'axe du développement de ce territoire, recréant au long de son cours une nouvelle cité plus habitable.

___________________

Bibliographie et ressources Web

AA.VV. “Dalla mappa del parco alla realizzazione delle reti. Qualificare il paesaggio periurbano lungo il medio corso del fiume Olona”, les e-book de l'Ecomuseo di Parabiago, 2013

http://ecomuseo.comune.parabiago.mi.it/ link “Mappa di comunità” e “Dalla mappa alla costruzione delle reti”.

http://www.contrattidifiume.it/1721,News.html

http:// www. Patto per lo sviluppo del Sistema Verde V'Arco Villoresi

Partager cet article

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Développement des territoires
commenter cet article

commentaires