Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 10:13

Toute l'Italie est agitée par l'Exposition universelle de Milan, dont le thème est l'alimentation. A cette occasion, des écomusées italiens se sont groupés, à l'initiative de l'Ecomuseo delle acque de Gemona, dans le Frioul, pour démontrer le rôle que ces structures territoriales jouent dans la promotion de produits traditionnels de qualité, retrouvant et améliorant des matières premières et des recettes anciennes, dans l'esprit du mouvement Slow Food, pour une nourriture bonne, saine et équitable.

Ce qui est extrêmement important est l’apparition, dans un mouvement collectif et collaboratif, de la notion de filière micro-économique portée par une institution communautaire vouée à la gestion du capital patrimonial de son territoire. Ici, il s'agit de produits agro-alimentaires et oeno-gastronomiques, mais cela s'étendra sans doute à d'autres types de productions, notamment artisanales.

L'écomusée de Gemona m'a donné l'autorisation de traduire et de diffuser ici le texte de présentation de ce réseau qui porte le nom d'Eco Slow Road. Ceux qui voyagent en Italie cet été pourront trouver là une incitation à visiter des sites patrimoniaux actifs et "de bon goût".

Pour plus d'informations, aller sur http://www.ecoslowroad.eu. La carte interactive des écomusées associés au réseau est à: http://www.ecoslowroad.eu/ecoslowroad/la-mappa-di-eco-slow-road/

_______________________

Eco Slow Road est un projet conçu et lancé à l'occasion de l'Expo 2015, par l'Ecomuseo delle Acque del Gemonese, pour le Réseau italien des écomusées, en étroite collaboration avec Slow Food Italia. Son objectif est de rassembler les écomusées italiens qui présentent un patrimoine agro-alimentaire significatif, afin de promouvoir et de valoriser les ressources et les biens matériels et immatériels présents sur leurs territoires.

Ce rassemblement pourra être physique – un véritable parcours qui, partant du nord-est du pays, se développera sur tout l'arc alpin et rejoindre la dorsale des Apennins – en désignant comme points de passage obligé les sites où il est possible de marquer l'existence de démarches écomuséologiques particulièrement actives dans le soutien aux filières agro-alimentaires et aux productions traditionnelles de qualité analogues aux micro-projets et aux produits de l'Arche du Goût de Slow Food, et/ou virtuel par des échanges de bonnes pratiques et des collaborations entre les écomusées dans le domaine de l'agro-alimentaire.

A la base de ce projet est la caractéristique commune des produits typiques : leur capacité de mettre en valeur l'identité, la qualité et la culture d'un territoire. Les spécialités œno-gastronomiques seront le prétexte pour connaître des contextes géographiques éloignés des circuits traditionnels, et aussi pour apprendre la culture et les traditions des communautés locales. L'idée est de développer un modèle touristique structuré et soutenable par des initiatives permettant de combiner l'offre agro-alimentaire avec l'hospitalité et les patrimoines historiques et artistiques du territoire.

Le projet se déroulera de manière expérimentale pendant toute la durée de l'Expo 2015, pour contribuer concrètement à la diffusion d'un modèle de production et de consommation qui ne soit pas de masse, et de susciter l'intérêt pour les productions agro-alimentaires traditionnelles, fruits d'une agriculture familiale qui exprime la culture de territoires qui ont toujours soutenu la diversité des cultures et l'adaptation sociale et économique aux ressources locales.

Le rôle des écomusées

Les écomusées et les musées impliqués dans le projet sont des musées diffus et participatifs. Ils disposent sur leurs territoires de produits agro-alimentaires d'excellence, pour lesquels ils ont mené des actions de soutien direct aux filières ou entrepris des activités de promotion et de mise en valeur. A la base se trouve une vision qualitative et intégrée de l'agriculture et des processus de transformation, pour des aliments, bons, sains et et équitables, selon les principes de Slow Food.

Ils travaillent sur un territoire précis et bien identifié, présentant un contexte homogène du point de vue géographique, historique et du paysage : c'est la condition fondamentale pour mener et consolider des activités qui valorisent un produit typique particulier ou une filière spécifique, dès lors que l'on garantit aux producteurs une identité qui en exalte le caractère unique.

Ils assument un rôle d'orientation et de facilitation des processus qui mènent à la patrimonialisation des aliments et des spécialités culinaires du lieu, renforçant l'identité et la cohésion de la communauté, stimulant les synergies et les relations avec les autres activités économiques présentes sur le territoire, pour favoriser un développement local et endogène.

Le fait que, sur le territoire des écomusées, il soit possible de compléter la production agro-alimentaire par la présence diffuse de services – touristiques, récréatifs, éducatifs, sociaux – rend possible de capter et de satisfaire des catégories de touristes et de visiteurs particulièrement intéressés par la consommation de produits agricoles sur les territoires mêmes de production, tout en s'immergeant dans les cultures locales et en vivant l'expérience de la visite comme une occasion d'enrichissement social et culturel.

Le modèle à promouvoir

Le projet veut promouvoir un modèle de développement venant d'en bas et auto-centré, fondé sur l'utilisation des ressources endogènes et respectueux des valeurs locales, par la mise en œuvre de processus destinés à réaliser des produits qui ont une identité territoriale spécifique, qui puissent être mis sur le marché tout en soulignant la qualité environnementale comme élément distinctif du territoire et en soutenant la collaboration avec les différentes composantes sociales et économiques.

Chaque communauté écomuséale est dotée d'un capital de ressources qui représentent un véritable potentiel endogène et qui peuvent atteindre une mise en valeur optimale au sein d'un processus de développement intégré. Les produits typiques locaux s'ajoutent aux facteurs historico-culturels présents sur le territoire : ils sont perçus par la demande touristique comme un ensemble d'éléments tangibles (produits agro-alimentaires, artisanaux, manufacturés) et intangibles (culture, histoire, savoirs, traditions) associés à une offre de services et d'expériences (services d'accompagnement, manifestations, visites guidées), caractérisant ainsi une même image et une unique identité.

Les produits agro-alimentaires à mettre en valeur doivent résulter de micro-activités et présenter des caractéristiques particulières résultant de la combinaison d'une matière première locale et de techniques traditionnelles de production héritées du passé, soutenables et respectueuses de l'environnement, sans négliger une approche éthique du marché. On se réfère ici aux principes des Presidi soutenus par Slow Food, qui sont des petites productions d'excellence gastronomique caractérisées par une rigoureuse discipline de production.

Le projet devra insister sur une co-participation active de la part des opérateurs publics et privés appartenant soit aux filières des produits typiques concernés, soit au secteur touristique. On suscitera et on consolidera ainsi un processus d'engagement mutuel des différents acteurs (producteurs, opérateurs touristiques, associations, institutions), de manière à ce qu'ils soient en mesure de promouvoir de façon homogène et stratégique la richesse du territoire. Un rôle décisif sera joué par les producteurs et les entreprises du secteur, intéressés par les nouvelles dynamiques de type économique et social et par l'intégration des différentes fonctions, parmi lesquelles on trouvera la protection de l'environnement et du territoire, la conservation de la culture et des traditions.

Les activités à programmer

Un des objectifs principaux du projet est la promotion des territoires et de leurs productions d'excellence, dans une optique d'intégration. La demande de tourisme œnogastronomique qui se développera à l'occasion de l'Expo 2015 ne pourra réduire la visite à un simple moment de consommation du produit typique, il faudra au contraire la transformer en expérience. Il s'agira d'attirer les visiteurs des écomusées là où les productions typiques locales sont réalisées : la mise en valeur de l'authenticité devra insérer les produits dans un système d'offre plus large et plus complexe (foires, expositions, festivals, dégustations et événements divers) destiné à valoriser leur caractère global.

Dans le cadre du parcours général, en correspondance avec les écomusées qui en constitueront les points fondamentaux d'application, on prévoira des itinéraires principalement orientés vers la visite d'exploitations agricoles et d'entreprises de transformation, en plus naturellement des attractions naturelles, culturelles et historiques particulièrement significatives, pour constituer une offre intégrée. Au visiteur que l'on aura amené sur le lieu de production, on offrira de goûter des produits associés au contexte historique, anthropologique et du paysage, faisant ainsi évoluer le concept de "produit typique" vers celui d'"expérience typique" dans la quelle la composante tangible de l'offre donnera une base à sa composante symbolique, culturelle et participative qui est recherchée dans l'expérience.

Un facteur décisif du projet sera la capacité des écomusées de faire fonctionner en réseau les différents acteurs-clés de la filière agro-alimentaire et touristique Ils devront agir comme stimulants et facilitateurs pour la création de coopérations et d'interactions entre les opérateurs publics et privés afin de parvenir à la mobilisation des synergies qui permettront de construire et d’offrir des propositions de produits typiques représentatifs du territoire et porteurs d'une valeur ajoutée évidente.

Chaque territoire sera caractérisé par la mise en œuvre d'initiatives spécifiques : l'organisation d'événements et de manifestations au niveau local ; la participation à des foires et à des débats en Italie et à l'étranger ; des activités de formation destinées à favoriser la diffusion d'une culture du produit chez les opérateurs de la restauration et de l'accueil, compte tenu d'échanges et de confrontations avec d'autres situations observées dans le cadre du projet ; la création d'espaces d'accueil et d'information touristique ; la promotion intégrée de l'offre du territoire, proposant une gamme diversifiée de "paquets" non seulement œnogastronomiques, mais aussi culturels, artistiques, environnementaux ; l'animation par des initiatives ciblées.

Il est prévu de lancer un plan de communication structuré et efficace qui, mettant en évidence les spécificités de chaque territoire, s'attachera à préserver l'image unitaire du projet dans sa complexité. Il se développera à travers différents canaux où seront présentés les différents écomusées avec les produits correspondants, les propositions, les programmes des activités et les calendriers des événements, avec des possibilités d'interconnexions et les dynamiques collaboratives propres au fonctionnement en réseau ; un site web dédié au projet et constamment mis à jour, un service de presse, une newsletter, des interventions sur les réseaux sociaux et sur les sites et portails du secteur.

Tous les écomusées adhérents au projet recevront sous forme numérique les matériels (logo, poster, affiches) à utiliser dans les campagnes locales de promotion.

Les écomusées et musées qui participent au projet

Ecomuseo delle Acque del Gemonese (Friuli/Udine)

Museo Etnografico della Provincia di Belluno(Veneto/Belluno)

Ecomuseo del Vanoi (Trentino)

Ecomuseo della Valsugana(Trentino)

Ecomuseo del Lagorai (Trentino)

Ecomuseo della Judicaria (Trentino)

Ecomuseo Val di Peio (Trentino)

Ecomuseo Valle del Caffaro (Lombardia/Brescia)

Museo Etnografico dell’Alta Brianza (Lombardia/Lecco)

Museo Etnografico della Valle di Muggio (Svizzera/Canton Ticino)

Ecomuseo Valle Elvo e Serra (Piemonte/Biella)

Ecomuseo dell'Alta Val Sangone (Piemonte/Torino)

Ecomuseo Terra del Castelmagno (Piemonte/Cuneo)

Ecomuseo della Pastorizia (Piemonte/Cuneo)

Ecomuseo della Segale (Piemonte/Cuneo)!

Museo Uomo Ambiente (Emilia/Parma)

Ecomuseo di Argenta (Emilia/Ferrara)

Ecomuseo del Sale e del Mare di Cervia (Romagna/Ravenna)

Ecomuseo del Casentino (Toscana/Arezzo)

Secrétariat d'organisation

Maurizio Tondolo

Ecomuseo delle Acque del Gemonese

+39 338 718 7227

Skype : mulinococconi@ecomusei

Original italien, Trad. Hugues de Varine

mai 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by hugues-interactions
commenter cet article

commentaires