Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 octobre 2012 1 22 /10 /octobre /2012 08:47

Je sors du très intéressant colloque sur le patrimoine des petites villes industrielles, à Guérigny, les 19 et 20 octobre dernier. On y a écouté des présentations de cas très variés qui reflétaient un très grand nombre de situations et de cas, à la fois de patrimoines locaux et de solutions trouvées à leur gestion. Il a souvent été fait état des relations entre les programmes de protection ou de mise en valeur et le développement local, voire les questions d'emploi.

J'ai été frappé par une remarque qui revenait fréquemment dans le discours des intervenants: la population n'est pas vraiment intéressée, ne participe pas, ne comprend pas ce que l'on veut faire. Il est vrai que ces intervenants étaient tous des personnes impliquées dans la gestion du patrimoine industriel et que leur objectif principal était, tout naturellement, ce patrimoine.

Or la population, ce que j'appelle la communauté, n'a pas les mêmes intérêts:

  • ou bien l'industrie est encore active et n'est pas encore patrimoine aux yeux des gens; dans ce cas les vestiges d'industries antérieures ne sont pas intéressants, car inutiles;
  • ou bien l'activité industrielle a disparu et le problème est plus son remplacement par de nouvelels activités au profit de l'économie et de l'emploi sur le territoire que la préservation de bâtiments et de machines devenus inutiles;
  • ou bien encore le patrimoine industriel local apparaît comme étant essentiellement l'affaire de spécialistes, ou encore comme une attrraction purement touristique, qui ne concerne pas les gens, sauf éventuellement les hôteliers, les restaurateurs et l'office de tourisme.

Il me semble qu'il faudrait compléter cette approche du patrimoine industriel par deux approches complémentaires:

 

1. avant de lancer la communauté locale et ses membres sur un programme de gestion patrimoniale (dont l'inventaire participatif est la première étape), il est indispensable de mener, pendant le temps nécessaire, une action dense et continue d'éducation patrimoniale, ne s'adressant pas seulement comme d'habitude aux scolaires, mais aussi et peut-être surtout aux adultes. Sinon, le patrimoine risque de rester pour les habitants un concept abstrait, intellectuel.

 

2. le patrimoine d'un territoire et d'une communauté n'est jamais exclusivement industriel, même lorsque l'industrie et ses traces matérielles et immatérielles sont prédominantes. Ne faudrait-il pas considérer le patrimoine de la communauté locale comme un tout et, selon les méthodes de l'inventaire participatif, demander à la communauté de dire elle-même ce qu'elle considère comme "son" patrimoine ? On aurait peut-être des surprises et en tout cas les actions futures concernant le patrimoine s'appuieraient sur une population consciente et responsable..

 

HdV - 22-10-12

Partager cet article

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Patrimoine et communautés
commenter cet article

commentaires