Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 18:15

Je reviens d'une trop brève participation à la Summer School de l'Université de Brescia en Italie, sur le thème de l'accessibilité au patrimoine, musées et monuments.  L'organisateur, Prof. Alberto Arenghi, est directeur du laboratoire de recherche et d'enseignement sur l'accessibilité de cette université (Laboratorio Interdipartimentale *Brixia accessibility lab").  On est là dans l'application aux musés, aux monuments et aux sites du principe de l'Universal Design, qui devrait inspirer toute la gestion (management) du patrimoine et de l'offre culturelle qui lui est associée.

Pour plus d'informations: http://bral.unibs.it/summer-school.

Castello di Brescia

Ce fut pour moi l'occasion de réfléchir à cette approche  particulière de la gestion du patrimoine. Je devais intervenir sur le cas particulier du Castello de Brescia, la forteresse qui domine la ville en son centre, depuis l'époque romaine. Cela m'a permis de traiter de trois modes d'accessibilité de ce patrimoine pour les habitants de Brescia, considérés comme les propriétaires moraux et culturels et comme les usagers: privilégiés de ce site exceptionnel, qui est l'objet d'une nouvelle programmation globale par la Fondazione Brescia Musei. J'ai ainsi distingué:

- l'accessibilité culturelle, de façon à n'exclure personne de la conscience de l'importance du patrimoine que constitue le Castello et de l'intérêt des activités diverses qui auront lieu sur le site, quelque soit l'âge, le niveau d'éducation ou la culture d'origine;

- l'accessibilité sociale: par l'aménagement des calendriers et des horaires, les coûts d'accès au site et aux activités, la mise en sécurité des lieux et des parcours, les services offerts sur place, l'attractivité et la diversité des activités, une bonne efficacité de l'information;

- l'accessibilité physique: grâce à des transports publics aux horaires adaptés, à des accès piétons balisés et éclairés, à des aménagements spécifiques pour les personnes à mobilité réduite (handicapés, personnes âgées, familles avec enfants petits).

Alberto Arenghi m'a donné un livre collectif, publié par lui et deux collègues en 2016, qui constitue un panorama de la question de l'accessibilité sous toutes ses formes, et aussi, par la richesse bibliographique des diffétents chapitres,une revue critique de la littérature, surtout de langue anglaise et italienne, sur le sujet:

Accessibility as a key enabling knowledge for enhancement of cultural heritage, edited by Alberto Arenghi, Ilaria Garofalo, Oddbjorn Sormoen, Milano, Franco Angeli, 2016, 184p.

Je profite de cette occasion pour rappeler le IV Congresso Internacional Educação e Acessibilidade em Museus e Património - Formação para a Inclusão: A Acessibilidade Universal é exequível ? qui se tiendra à Lisbonne et Batalha du 2 au 4 octobre prochain. On peut en consulter le programme sur  https://eamp2017.wordpress.com.

 

 

 

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences Publications
commenter cet article
11 octobre 2015 7 11 /10 /octobre /2015 09:48

J'ai assisté hier à un grand colloque organisé par une association que j'ai récemment découverte: OLD'UP. Le thème était "Comment l'esprit vient aux vieux !". C'est bien la première fois que je m'intéressais à la question des vieux et du vieillissement. J'ai entendu beaucoup de psychiatres, psychanalystes, psychologues et autres gériatres très compétents et expérimentés qui m'ont beaucoup appris et surtout m'ont fait réfléchir. Je ne parlerai pas des débats. On trouvera sur le site de l'association (www.old-up.eu) non seulement le programme mais aussi les interventions enregistrées en "live".

Mais je voudrais partager quelques idées, non approfondies mais que j'ai notées en contrepoint ou en réaction à ce que j'ai entendu.

- Notre société - les institutions comme les individus, en France mais peut-être ailleurs aussi - identifie la date de la retraite professionnelle avec l'entrée dans la vieillesse; elle en fait une rupture, les optimistes parlent de deuxième vie, les pessimistes calculent le temps qui leur reste avant la mort. Je crois que la vie est une aventure continue, de la naissance à la mort, dont les modes d'occupation changent, ainsi que les moyens disponibles pour remplir les responsabilités que l'on doit assumer à chaque âge.

- Le vieux est indissociable de sa famille et de son environnement social. A 70 ans, beaucoup ont encore un ou deux parents vivants qui ont besoin d'eux, plus des enfants et des petits enfants qui ont aussi besoin d'eux, mais différemment. Quant à l'environnement, qu'il s'agisse d'engagement confessionnel, politique ou associatif, il représente un échange de l'ordre du don, où le vieux atteint le maximum de son utilité et de son efficacité (moyens financiers, compétences, temps libre). Dans ces deux domaines, le vieux subit des contraintes et des obligations nouvelles qui peuvent gêner la pure consommation de loisirs et de plaisirs individuels, à laquelle il est sans cesse invité par l'offre commerciale et "culturelle", soutenue par la mode et le conformisme.

- Il faudrait mener une réflexion spécifique sur la place des vieux dans le développement local. Ce sont des acteurs. Une commune où la population âgée croît est considérée comme en déclin. Pourquoi ? N'y a-t-il pas des activités à inventer, des emplois et des entreprises à créer, des savoirs à valoriser, à partir de cette ressource, par les vieux, avec les vieux et pour eux. ? Aménagement et remise sur le marché d'un patrimoine immobilier vétuste; accueil de classes patrimoine ou d'ateliers-stages d'apprentissage de techniques, de recettes, de savoirs anciens; création d'emplois qualifiés d'auxiliaires de vie et d'agents para-médicaux; logement d'apprentis et de travailleurs saisonniers... tout cela qui souvent existe déjà dans certains endroits - et bien d'autres choses à inventer et à expérimenter - peut participer au développement des territoires.

- Le patrimoine, qui est une de mes préoccupations en tant que bien commun de toute communauté locale, est un héritage qui nous arrive par les vieux. Ils en sont les détenteurs, mais ils ne peuvent pas toujours en être les gardiens, cette responsabilité revenant surtout à des générations plus jeunes. Ils en sont cependant les interprètes, les médiateurs, et ils en font partie eux-mêmes, comme porteurs de l'immatériel.

- Attention à ne pas rester entre experts, spécialistes, militants issus des mouvements sociaux et culturels et des milieux aisés des grandes agglomérations. Les vieux sont partout, y compris dans le milieu rural "profond", ou dans des petites villes peu connectées à l'innovation sociale. Je pense aussi aux pays et régions d'émigration, où les plus dynamiques s'en vont, tandis que les vieux restent presque seuls à maintenir le territoire en vie et à prendre des initiatives pour convaincre les jeunes de rester ou de revenir.

- En milieu rural les foyers ruraux, en milieu urbain les centres sociaux, plus tout le milieu associatif, qui font déjà tant pour le loisir et la santé des personnes âgées, pourraient devenir des partenaires créatifs et rentables des stratégies de développement, si l'on considérait le "vieux" comme une ressource humaine disponible et mobilisable. Et je parle ici du système français de l'éducation populaire et de l'action sociale, mais je suis sûr que cela existe sous d'autres formes et d'autres noms dans tous les pays.

J'ai appris hier l'existence d'un réseau international d'échange d'expériences entre "seniors" sur le vieillissement durable, appelé "Pass It on Network". Voir http://passitonnetwork.org/

Etant vieux moi-même, je me suis fait plaisir en écrivant cela. Mais après tout un blog c'est aussi fait pour se faire plaisir !

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article
10 février 2015 2 10 /02 /février /2015 09:39

Le Réseau Industrie, Histoire et Patrimoine (RIHP), constitué en novembre 2012, réunit des centres de recherche, des universités, des associations et des chercheurs intéressés par les sujets que l’on peut résumer par les trois mots Industrie, Histoire et Patrimoine.

Le RIHP propose un espace, ouvert et pluriel, de réflexion et de débats interdisciplinaires dont le but est la promotion de programmes et de projets de recherche concernant l’industrie comme réalité sociale globale déterminante dans l’histoire du monde contemporain. Il étudie sa relation au développement économique et social, y compris le patrimoine culturel immatériel et matériel (technologie et savoir-faire technique, pratiques sociales et culturelles, infrastructures, équipements et objets, sites et paysages) qui lui est associé.

Le Réseau organise en particulier des rencontres scientifiques destinées à présenter et à partager les connaissances dans les domaines de l’Histoire, de l’Industrie et du Patrimoine lors de forums de discussions ouvertes et interdisciplinaires sur la problématique de l’industrialisation et des dynamiques articulant l’histoire, l’industrie et le patrimoine, prenant en compte le contexte politique, économique, social, culturel et géographique dans lequel elles s’insèrent.

Les deuxièmes Rencontres se tiendront les 16, 17 et 18 avril 2015, à Tomar. Elles marqueront la participation du RIHP aux manifestations de l’Année européenne du Patrimoine technique et industriel qui aura lieu en 2015.

Nous convions tous les chercheurs et spécialistes intéressés à participer à ces deuxièmes Rencontres.

Les lignes thématiques suggérées sont :

.Histoire de l’industrie;

.Archéologie industrielle;

.Industrie, industrialisation et d´désindustrialisation à l’époque contemporaine;

.Société industrielle, ses agents et ses acteurs;

.Patrimoine industriel;

.Musées, anciennes usines et sites industriels.

Plus d'nformation: http://historia-patrimonio-industria.blogspot.pt/p/call-for-papers.html

 

Le site de Tomar n'est pas seulement important à cause du célèbre Convento do Cristo, un ensemble monumental du moyen âge et de la renaissance, inscrit au patrimoine mondial. C'est aussi un site majeur de l'historie pré-industrielle et industrielle du 13° siècle au début su XXI° siècle. Voici une brève description de cet ensemble, appelé "Levada de Tomar":

 

Le nom de Levada (levée) de Tomar désigne un ensemble d’installations artisanales et industrielles dont l’histoire couvre une longue succession de siècles, du moyen âge à l’époque contemporaine en passant par la période moderne. Son origine remonte à la fin du XII° siècle et, à travers une succession complexe de transformations des espaces et des techniques, son activité industrielle s’est maintenue jusqu’à la fin du XX° siècle et même, pour un groupe d’ateliers, jusqu’au début du XXI°.

Cet ensemble de bâtiments est situé sur la rive du Rio Nabão. La localisation géographique du site, totalement inséré dans le tissu urbain, est étroitement liée à la raison d’être et aux fonctions technique, productive et économique des équipements qui ont été installés ou adaptés successivement dans ce lieu, au cours des siècles. Elle lui confère une qualité paysagère très spéciale, en plein centre historique de la ville, là où l’on peut le mieux lire l’interaction permanente de l’homme et du milieu, ainsi que l’évolution de l’aménagement de l’espace et des façons d’occuper le territoire.

Dans une situation très intégrée entre le Rio Nabão, un bief de dérivation et un barrage, on découvre les bâtiments des anciens moulins à farine et à huile (dont les roues verticales et horizontales étaient alimentées par l’énergie hydraulique), deux anciens moulins industriels (témoins de l’usage alternatif de l’énergie hydraulique et électrique), une fonderie et des ateliers métallurgiques, une centrale électrique. De plus, des vestiges archéologiques sont à dégager et à mettre en valeur.

La Levada de Tomar est l’objet, depuis 2011, d’une politique municipale de requalification et de réhabilitation architectonique du site, préalables à la création d’un complexe muséologique, appelé Musée de la Levada de Tomar. Ce futur musée résultera d’une succession d’actions intégrées de recherche, notamment archéologique et historique, de sauvegarde et de protection du patrimoine culturel, pour aboutir à la création d’un ensemble muséal qui deviendra une composante du processus de développement scientifique, culturel, éducatif et social du territoire de Tomar, ainsi qu’un facteur de dynamisation de l’économie et du tourisme local.

La rencontre sur le patrimoine industriel qui se tiendra à Tomar du 15 au 18 avril 2015 sera une occasion de visite le site, de prendre connaissance des problèmes qu’il pose, des solutions envisagées et des principales parties prenantes du projet. La liaison physique entre ce patrimoine municipal et le Convento do Cristo, monument national qui fut à l’origine des premières industrie de la Levada sera aussi un sujet de réflexion.

Repost 0
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 09:09

Cette information publiée sur les réseaux sociaux est importante, pour plusieurs raisons: la conférence se passera en Asie, en anglais et sur des thèmes qui ne sont pas habituels. On n'y parlera pas d'abord de collections, de conservation ou de publics. L'initiative n'est pas prise par le monde occidental des musées ou par l'Unesco. Amareswar Galla continue ses efforts pour libérer le musée de traditions conservatrices et pour continuer le mouvement commencé en 1972 à Santiago du Chili. J'espère que malgré la difficulté de financer le voyage et pour certains de s'exprimer en anglais, les gens des musées communautaires de tous pays seront présents ou se feront représenter à New Delhi.

__________________________________

The Eighth International Conference on the Inclusive Museum by Common Ground Publishing, the USA, and in partnership with the International Institute for the Inclusive Museum,, will be hosted by the National Science Centre, New Delhi, India. The theme of the conference is "Museums as Civic Spaces". The conference is scheduled to be held from August 7, 2015 to August 9, 2015 in which many museum experts and professionals from all over the world are going to participate and make presentations. Case studies, demonstration projects and multiple voices will inform the sessions with papers from all kinds of museums - social history, anthropology, archaeology, art museums to science museums, ecomuseums and heritage parks.
More information about the conference can be accessed at - http://onmuseums.com/the-conference
The only avenue for paper proposals is through the Conference web page: http://onmuseums.com/the-conference/call-for-papers
Research students are encouraged to apply for: http://onmuseums.com/the-conference/graduate-scholar-awards
--------------------------------------
August 8 Museum Day has four options for workshops with limited places:

  • Option A: Theme: Civic Spaces, Community Engagement and Active Citizenship
  • Option B: Theme: Museums as Sites for Safeguarding Intangible Heritage
  • Option C: Theme: Rethinking Museums Without Walls in the Digital Domain
  • Option D - Theme: Inclusive Conceptualisation of Art and Aesthetics

Professor Amarewar Galla, PhD,

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article
14 février 2014 5 14 /02 /février /2014 10:18

Il y a plus de 40 ans, nous découvrions, dans la communauté urbaine du Creusot-Montceau les Mines, l'importance du patrimoine représenté par les cités ouvrières du XIX° et du XX° siècle et par l'habitat ouvrier en général, sous ses différentes formes et pour le cadre qu'il offre à la vie quotidienne de générations de travailleurs.

C'est pourquoi je trouve particulièrement opportun l'initiative prise par la section espagnole de Ticcih d'organiser cette année un atelier sur ce thème. En voici l'annonce, que je laisse en espagnol, car il est évident que les participants d'autres pays devront au moins comprendre cette langue pour participer utilement.

 

I  SEMINARIO / TALLER  ” DE LA VIVIENDA OBRERA A LA VIVIENDA DE PROTECCIÓN OFICIAL”


- Espacio Urbano, Estrategias de Habitación y Regeneración del Patrimonio Industrial -


Organiza: TICCIH- ESPAÑA (Comité Internacional para la Conservación del Patrimonio Industrial)
Lugar: Casa de Cultura de Parla (Madrid), 19, 20 y 21 de Junio 2014
Colaboran: UNED Madrid-Sur y Ayuntamiento de Parla

 

La vivienda obrera está vinculada a la propia historia de la industrialización, es un legado y testigo de una etapa fundamental de nuestra historia contemporánea con fuertes connotaciones sociales, a las que no escapa la importancia que tiene dentro de la construcción de las ciudades, el desarrollo y creatividad en la intervención arquitectónica, los sistemas artísticos asociados, la ordenación del territorio, la historia sindical y del movimiento obrero y los aspectos políticos: Las experiencias de Alemania, Reino Unido, Francia, Bélgica y España, y la especial visión de América Latina y Norteamérica así lo atestiguan.
Los centros productivos industriales han sido siempre lugares de atracción de trabajadores de otras regiones. En determinados periodos históricos: Las últimas décadas del siglo XIX, la segunda y tercera década del siglo XX con las denominadas casas baratas, la etapa franquista con las iniciativas del INV, Obra Sindical del Hogar, las empresas han tenido que cometer emprendimientos singulares y construir sitios para poder albergar a los trabajadores cerca de las fábricas o de las minas.
Desde la propia ciudad, se hace preciso una evaluación de los propios edificios, la importancia de la rehabilitación de los grupos de viviendas y patrimonio construido de significación y simbolismo histórico y social, adopción de nuevas y viejas técnicas para construir la ciudad, el papel de la edificación energéticamente eficiente, el acondicionar lo que tenemos, el regenerar  el entramado urbano, el acondicionar los espacios intersticiales y el componente social de la vivienda en una nueva dimensión de dignidad, respeto al entorno ambiental y al diseño urbano, con el objetivo general de resolver los problemas actuales  de los ciudadanos en tiempos de crisis.
Durante la realización de este Seminario-talleres donde participan académicos, profesionales, especialistas y representantes de colectivos sociales, se abordarán diferentes aspectos temáticos, en una visión diacrónica y sincrónica de lo que es y ha sido la vivienda obrera como elemento social de necesidad básica de nuestra vida cotidiana y hoy como patrimonio  activo.
Esta nueva actividad que coordina TICCIH-España no es un mero ejercicio académico, sino que busca y pretende ejercitar responsablemente una perspectiva de trabajo que combine adecuadamente la investigación, la reflexión y la acción sobre las unidades habitacionales que tuvieron como destino alojar a la clase trabajadora de este país y que hoy son objeto de interesantes y necesarios proyectos de renovación urbana ligada al desarrollo sostenible en esta etapa compleja e incierta de nuestra realidad social.
La reciente aprobación de la ley 8/2013 de 26 de Junio de Rehabilitación, Regeneración y Renovación urbana, así como las directrices europeas de similar orientación han puesto de actualidad la necesidad del estudio y estado de la cuestión de la problemática de la conservación, preservación y puesta en valor de la vivienda obrera en relación con una cuestión que supera o da una nueva perspectiva al mero estudio o investigación histórica. Es la posibilidad de realizar líneas de trabajo y perspectivas profesionales de carácter arquitectónico y patrimonial, donde se entremezclan los aspectos de revitalización y puesta al día de un patrimonio residencial de componentes y raíces históricas, sociales y culturales dentro de un nuevo diseño urbano.
Este Seminario y talleres de trabajo serán , por tanto, un necesario y oportuno lugar de encuentro de profesionales de diferentes disciplinas para analizar lo que ha sido la vivienda obrera y popular desde un punto de vista patrimonial y a la vez contrastar y/o exponer experiencias y proyectos que se han materializado y se estén desarrollando en nuestro país.

Miguel A. Alvarez Areces  incuna@arrakis.es  Tfno/Fax 00 34 985319385
Presidente TICCIH - España    www.ticcih.es
Información e Inscripciones  I Seminario TICCIH “De la Vivienda Obrera a la Vivienda de Protección Oficial” / Secretaría Técnica

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article
21 novembre 2013 4 21 /11 /novembre /2013 15:41

Lors des Journées européennes du cadre de vie, tenues à Paris en 1978, Francine de Lagorce, représentant ATD Quart Monde, avait centré son intervention (au cours de la Journée sur l'innovation sociale) sur la nécessité de la confiance en soi (dans d'autres langues cela s'appelle "auto-estime"), dès lors que l'on voulait créer une dynamique de progrès dans les communautés socialement et économiquement défavorisées. Depuis, j'ai pu vérifier l'exactitude de ce propos, dans touts mes expériences de développement local, de démocratie participative, de gestion communautaire du patrimoine. Il n'est pas possible de mobiliser les citoyens sur un projet, aussi longtemps qu'ils n'ont pas confiance dans leur propre capacité d'influer sur leur avenir et sur celui de leurs enfants. Le processus de prise confiance en soi s'appelle en anglais "empowerment", en portugais "capacitação".

 

D'autre part, ce que l'on appelle "le capital social" qui est la richesse de toute communauté et la source de sa dynamique de création, d'engagement et de développement, s'appuie sur la confiance ("trust" en anglais) collective des membres de cette communauté, entre eux et pour leur avenir.

 

Or il se tiendra du 2 au 4 décembre, à l'Ecole Militaire à Paris, un ensemble de débats et d'ateliers autour du thème de la confiance dans nos sociétés actuelles: comment le manque de confiance (méfiance, défiance) est à l'origine de la démobilisation des citoyens face à la chose publique, à la politique et à ce que l'on appelle la crise; mais surtout comment restaurer la confiance collective, en particulier à partir des territoires et de la vie quotidienne, comme facteur de mobilisation et de changement maîtrisé..

 

Cette renconrtre est organisée par l'Institut Confiances, www.institut-confiances.org.

 

Cet Institut, composé de personnes physiques de toutes origines, veut lancer une réflexion collective sur la question suivante:

 

«Comment, collectivement, contribuer à restaurer la confiance entre politiques, administration, acteurs économiques et financiers, experts, syndicats, médias et citoyens ? »

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 15:11

 

J'ai reçu cette information dont je donne ici seulement le texte de présentation en français (la rencontre se tient aussi en catalan et en espagnol). Cela me paraît extrêmement intéressant pour deux raisons: d'une part, c'est le témoignage d'une volonté de travailler en réseau au delà des frontières politiques et linguistiques; d'autre part, la rencontre s'inscrit spécifiquement dans le contexte du développement local et dans les circonstances actuelles de crise économique et sociale.

Il reste à souhaiter que les débats éviteront les pièges du "tout tourisme" !

 

Rencontre pyrénéennes des musées et du patrimoine

14-16 novembre. Esterri d'Àneu

Au cours des dernières années, de nombreux musées et équipements patrimoniaux se sont affichés comme de véritables centres de dynamisation sociale et culturelle des divers territoires pyrénéens.

Suite à une période d'investissements importants pour la création et l'inauguration d'un nombre considérable de musées et d'équipements patrimoniaux, trop souvent de façon isolée et sans lien les uns avec les autres, il apparaît nécessaire, de manière urgente, de créer des structures de connexion qui permettent de condenser ce secteur d'activité, de partager les expériences et de générer des stratégies de coopération entre ces institutions.

À cet égard, il existe déjà plusieurs précédents dans la région pyrénéenne, prônant la nécessité de créer des réseaux de collaboration au niveau local, national ou international:

L'organisation de plusieurs réseaux régionaux dans le territoire catalan, certains déjà solides et expérimentés, comme le Réseau de musées de Lérida et du Val d'Aran, ou le Réseau de musées et équipements patrimoniaux de l'Alto Pirineo et Val d'Aran, qui ces dernières années ont déjà travaillé de façon conjointe afin de proposer des produits touristiques communs, d'atteindre une plus grande visibilité, et par-dessus tout, de renforcer les fonctions sociales et territoriales qui peuvent être développées en s'appuyant sur le patrimoine.

Compte tenu de ces expériences, de la situation actuelle de restrictions économiques et des nouvelles exigences sociales qui affectent le domaine du patrimoine naturel et culturel, il nous a paru opportun d'organiser une Rencontre de musées, écomusées et centres d'interprétation pyrénéens du patrimoine afin de réfléchir aux opportunités que représente cette idée de travail en réseau transfrontalier, européen, pour les sites et leurs territoires, dans le cadre de l’Eurorégion Pyrénées-Méditerranée et des territoires frontaliers pyrénéens.

Pour le programme et pour tout savoir sur l'Ecomuseu de les Valls d'Áneu

http://www.ecomuseu.com/cat/agenda2.asp?id=252

 

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article
15 mai 2013 3 15 /05 /mai /2013 17:12

Je reçois de Cristina Holanda, directrice du Musée du Ceara à Fortaleza (Brésil) une invitation pour le prochain Forum des musées de cet état du Nord-Est brésilien.

 

Ce que je trouve particulièrement intéressant, et caractéristique de l'évolution actuelle des systèmes de coopération entre musées au Brésil, c'est cette notion de réseaux. A l'occasion de ce forum, qui est organisé par le Réseau des musées du Ceara, on trouvera non seulement la mise en oeuvre du Réseau des musées de l'Etat, mais aussi une première rencontre du Réseau des musées communautaires de l'Etat (qui comprennent des musées indigènes, des écomusées, des musées de quartier, des "points de mémoire"), et une rencontre nationale des réseaux de musées d'Etats.

 

Notons qu'il existe aussi, dans de grandes agglomérations ou même dans des villes moyennes, des réseaux de musées de la ville, qui permettent une coordination des activités de ces musées, quelque soit leur statut, et des coopérations ou des solidarités entre eux et entre leurs professionnels.

 

Voici les liens qui vous permettront d'en savoir plus sur le forum de Fortaleza: link

 

et aussi pour cotnacter Cristina Holanda: crisrholanda@gmail.com

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 11:01

1st Annual Meeting on Industry, History, Heritage (RIHP)

Faculty of Social Sciences and Humanities, Nova University of Lisbon - 18th, 19th and 20th of April 2013

The RIHPIndustry, History and Heritage Network was formed in November 2012. RIHP brings together research units, organizations and researchers interested in the areas generally summarized as Industry, History, Heritage. RIHP aims at being an interdisciplinary space, open and plural, of reflection and debate, committed to  the promotion and development  of activities from institutions, organizations and individuals, both from Portugal and abroad, interested in the studying of industry as a global social reality crucial to the understanding of the contemporary World’s history,  in particular in  its  general  relation with  economic and social development, involving material and immaterial cultural heritage (technology and technical know-how, social and cultural practices, infrastructures, constructions, equipments and objects, sites and landscapes) associated with it. The RIHP network maintains, among other actions envisaged to achieve the above mentioned objectives: (a) the creation of a joint digital platform, that includes the presentation of the members to the network, the publication of scientific content related to it’s thematic scope and the promotion and dissemination of the undertaken activities; (b) the  organization of  an annual meeting, usually  in April,  committed to  the presentation of studies on the topic of History, Industry and Heritage. 

 

The 1st Annual meeting Industry, History, Heritage will be held on April 18 th, 19th and 20th 2013, in  the Faculty of Social Sciences and Humanities at NOVA  University of Lisbon. This international meeting is intended to be an open and multidisciplinary discussion forum, dedicated to the presentation of studies on the topic of industry’s history understanding them as global social realities that include material and immaterial heritage (technology, technical know-how, social practices, infrastructures, constructions, equipments and objects, sites and landscapes).

 

The 1st Annual Meeting Industry, History, Heritage will include a guided tour to be organized on April 20th and whose program will be announced shortly.

 

RIHP invites all researchers to take part in this first meeting, whose main aim is to reflect on  the problematics  of industrialization and  the connections and  dynamics between history, industry and heritage, considering the political, economic, social, cultural and geographic context that it comprises.  

 

The conference includes papers delivered by invited speakers and presentations submitted through a call for papers.

 

Contact: http://historia-patrimonio-industria.blogspot.pt

 

Instituto de História Contemporânea
Faculdade de Ciências Sociais e Humanas
Universidade Nova de Lisboa
Av. de Berna, 26-C
1069-061 LISBOA
Email: rihprihp@gmail.com   

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article
9 avril 2013 2 09 /04 /avril /2013 10:57

La question des conséquences de la crise sur la survie des musées locaux continue de se poser aussi bien aux collectivités locales (élus et  administrations) qu'aux responsables des musées. Je viens de recevoir une invitation pour un colloque sur ce sujet, qui nous vient du Portugal, dont tout le monde sait la situation critique actuellement et le courage face à toutes les difficultés rencontrées aussi bien par les citoyens que par les institutions.


Mario Moutinho et le Centro de Sociomuseologia de l'Universidade Lusofona de Lisbonne organisent

 

                       o XVII Encontro Nacional Museologia e Autarquias

Descrição do evento:

Nos tempos que correm, onde a chamada CRISE chega a todos ou quase todos os cantos da sociedade portuguesa, torna-se insustentável para os museus manterem-se à margem deste processo que não tem fim à vista. Compreender e agir, tornam-se assim atitudes necessárias na busca de soluções que ajudem os museus a cumprir a sua função social como agentes de desenvolvimento e de inclusão social (...)  É com este sentimento e esta vontade que vai ter lugar o encontro. Os objetivos :

1- centrar o debate sobre as estratégias delineadas ou aquelas que os museus já estão implementando no terreno;
2- Lançar o debate sobre “Smart” museologia;
3- Compreender, simplificar e construir recursos  tecnológicos próprios: expografia digital (workshop);
4- Lançar e definir o projeto  de ação museal “Olhares sobre Crise na sociedade portuguesa” aberto a todos os  museus sensíveis a estas problemáticas.

Horário: 26 abril 2013 a 27 abril 2013
Local: Museu do Trajo - São Bras de Alportel
Organizado por: Emanuel Sancho / Judite Primo

 

Pour plus de détails: http://sociomuseologia.ning.com/events/event/show?id=4425205%3AEvent%3A20429&xgi=5914XpSw25Ol1m&xg_source=msg_invite_event

Repost 0
Published by hugues-interactions - dans Réunions et conférences
commenter cet article